Marché français du miel en 2020 : la carte de la production et les miels sous signe de qualité

Par Itsap-Com, le 2 mars 2022

Localisation de la production et segmentation du marché des miels labellisés

Comment se répartit la production française de miel en 2020 entre les différentes régions françaises et note-t-on des changements en la matière ces dernières années? L’ITSAP-Institut de l’abeille s’est également intéressé à la manière dont cette production se segmente par miellée. Enfin, petit coup de projecteur sur les miels sous SIQO (signes officiels de la qualité et de l’origine) à l’échelle de la production nationale.

Chacun des tableaux ci-dessous présente le tonnage récolté par zone géographique, son poids relatif par rapport à la production nationale et, pour 2019 et 2020, son évolution par rapport à l’année précédente. Ces données sont fournies par l’observatoire de la production de miel et de gelée royale de FranceAgriMer (2019, 2020 et 2021). La comparaison porte sur 5 régions sud : Corse, PACA, Occitanie, Nouvelle-Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes ; et 5 régions Centre, Nord et Est : Hauts-de-France, Ile-de-France, Grand-Est, Centre-Val de Loire et Bourgogne-Franche-Comté.

La production de miels dans l’hexagone : le sud résiste en 2020

En 2018, les régions du Sud représentent près de 60% de la récolte. En 2019, la production des régions Centre, Nord et Est, baisse de façon sensible. En 2020 enfin, le Sud de la France domine toujours la production en métropole (53%) mais l’augmentation par rapport à 2019 est nettement plus sensible dans les régions Centre, Nord et Est. Le poids relatif de ces régions se voit de fait légèrement renforcé par rapport à 2019.

Tableau 1 : Tonnage et poids relatif de la production régionale. 2018

Tableau 2 : Tonnage et poids relatif de la production régionale. 2019

Tableau 3 : Tonnage et poids relatif de la production régionale. 2020

Figure 1 : Répartition régionale de la production de miel. 2019 & 2020

Source : Observatoire de la production de miel et de gelée royale, FranceAgriMer, Juin 2021

Focus sur la production nationale par miellée

Pour chaque région, voici les miellées majoritaires : colza et tournesol pour les régions de grandes cultures, miel de montagne pour Bourgogne-Franche-Comté et Auvergne-Rhône-Alpes, lavande pour les régions Occitanie et PACA et enfin châtaignier pour la Corse (voir la carte de la figure 2). La production française de miel se caractérise par une répartition des types de miellée par région et par leur diversité, reflet de celles des milieux agricoles et naturels exploités par les apiculteurs, notamment au travers des transhumances.

Figure 2 : Répartition régionale de la production de miel par miellée et poids relatif
de chaque miellée dans la production nationale. 2020

Source : Observatoire de la production de miel et de gelée royale, FranceAgriMer, Juin 2021

2018-2020 : rendez-vous avec la qualité

En 2020, la production de miels sous référentiel SIQO – AOP, IGP et Label Rouge – est de l’ordre de 1 900 tonnes, connaissant une forte hausse par rapport à 2019. Ce tonnage représente près de 6% de la production nationale. Par ailleurs, on observe une forte croissance de la production de miels en Agriculture biologique, estimée par l’enquête de l’observatoire de la production de miel de FranceAgriMer à 4 350 tonnes, soit près de 14% de l’ensemble de la récolte française.

Certains miels sont produits sous une double certification, (AOP/LR/IGP) et Agriculture biologique. Aussi, la somme des tonnages de ces deux qualités de miel ne permet pas de calculer un indicateur « % de miels produits en 2020 sous une certification de type SIQO » car elle pourrait aboutir à un double comptage de certains miels.

Tableau 4 : Tonnages de miels sous référentiels de type SIQO. 2018 -2019- 2020

Source : Enquêtes 2021 auprès des ODG (Organisme de défense et de gestion des SIQO)

À l’exception de l’AOP « miel de Corse – Mele di Corsica » et du Label Rouge (LR) « miel toutes fleurs de Provence », dont le tonnage 2020 est en léger recul, tous les autres référentiels affichent des hausses fortes ou très fortes.Cette dynamique s’explique par différents facteurs : sans doute une meilleure déclaration, un nombre d’apiculteurs adhérant à ces référentiels en augmentation et un climat favorable dans la plupart des régions concernées, ayant permis de bons rendements par ruche.

Le miel Bio a le vent en poupe

Selon FranceAgriMer, la production de miel issue de l’agriculture biologique a elle aussi fortement augmenté en 2020. Son tonnage est estimé par l’observatoire à 4354 tonnes. L’Agence Bio fournit comme indicateur le nombre de ruches conduites sous le référentiel AB, qui serait en forte croissance, de +25% entre 2020 et 2019. Avec un rendement qui atteint 24,5 kg par ruche (+35% par rapport à 2019), il en résulte une production totale qui bondit de près de 50%.

Tableau 5 : Statistiques 2020 sur le secteur Agriculture Biologique en apiculture

Source : Agence Bio Agreste

Pour en savoir plus

• Consulter la méthodologie utilisée pour cet article

Auteurs : Jacques Combes (consultant indépendant), Cécile Ferrus (ITSAP-Institut de l’abeille)
Contact : cecile.ferrus(a)itsap.asso.fr

Source photo : Syndicat AOP Miel de Corse – Mele du Corsica / Magali Cancel