L’application BeeGIS : une première mise à jour qui en annonce bien d’autres

Par Itsap-Com, le 19 mai 2022

Les parcelles en agriculture biologique désormais consultables

L’application Bee Geographic Information System (BeeGIS) a été conçue afin de permettre aux apiculteurs de prendre connaissance, en quelques clics, du contexte environnemental qui caractérise l’aire de butinage autour d’un rucher d’abeilles domestiques. Utile pour comprendre les performances ou contre-performances des ruches en fonction de leur emplacement à l’issue de la saison mais aussi pour éclairer les choix de transhumances à venir. Cette application s’enrichit à présent de nouvelles données et ce n’est qu’un début !

Depuis qu’elle est active, l’application BeeGIS fait l’objet d’un intérêt et d’un usage croissants.  D’où la volonté de la faire évoluer au plus près des attentes de ses usagers en intégrant notamment l’information sur les parcelles cultivées en agriculture biologique, grâce à sa rubrique forum. Publiées le 22 décembre 2021 sur le site dédié du gouvernement, les données relatives à la déclaration PAC 2020 sont à présent à disposition dans BeeGIS.

Les nouvelles fonctionnalités déjà disponibles

Le type de conduite agricole, conventionnelle ou biologique, est maintenant renseigné dans un pop up affiché en cliquant sur une parcelle via la carte. Il est également possible de projeter uniquement les parcelles en conduite biologique (voir image ci-dessous). En complément de ces informations, la somme des surfaces en conduite biologique autour d’un emplacement de rucher est précisée dans l’onglet graphique, soit de manière globale, soit de manière détaillée, pour chaque type de culture.

Bientôt dans BeeGIS

Afin de diffuser rapidement cette version, nous avons volontairement limité l’intégration de nouvelles fonctionnalités. À la suite de cette mise à jour, il est prévu de consulter deux groupes de travail intégrant notamment les ADA de notre réseau : l’un sera dédié à la thématique des ressources florales à disposition des abeilles et l’autre, à la production biologique en apiculture. 

Cette consultation aura deux objectifs : identifier, d’une part, toutes les informations et visualisations pertinentes pour les apiculteurs produisant en Agriculture Biologique et d’autre part, réaliser une table de correspondance entre les catégories d’occupation du sol et celles ciblées par le règlement européen de l’Agriculture Biologique (non publiées à ce jour pour l’année 2022). Ainsi, BeeGIS pourra prétendre au titre d’outil d’aide à la décision donnant aux apiculteurs la capacité de mieux juger de l’adéquation de leurs emplacements pour la production en AB. Cependant, cet outil ne permettra pas de valider à lui seul cette adéquation en raison notamment du délai de publication du registre parcellaire graphique qui ne couvre pas la saison à venir.

Outre les fonctionnalités liées à la conduite en AB, de nombreuses voies d’amélioration ont été identifiées pour faire évoluer BeeGIS en 2022. Pour commencer, l’interface fera l’objet d’une refonte afin d’en améliorer l’ergonomie et de pouvoir y intégrer un espace personnel. Ce dernier offrira à l’utilisateur la possibilité d’enregistrer ses emplacements pour ne plus avoir à les repositionner sur la carte à chaque connexion. D’autre part, de nouvelles sources de données, relatives à la flore spontanée et ses floraisons, apparaissent aujourd’hui sous licence libre et pourraient être exploitées par notre application. C’est le cas notamment d’une application de science participative nommée PlantNet[1] pour laquelle un premier prise de contact a eu lieu. Enfin, une réflexion va être lancée concernant la conception d’indicateurs susceptibles de faciliter la lecture de cette importante somme de données relatives à l’occupation du sol pour les mettre en perspectives avec les prévisions météorologiques.

Bilan des évolutions de l’application depuis son lancement

La première version de BeeGIS n’intégrait que le Registre Parcellaire Graphique (RPG, années 2010 à 2018), qui contient les déclarations PAC (Politique Agricole Commune) des agriculteurs. Depuis, notre application a fait du chemin. Comme toutes les parcelles cultivées ne sont pas soumises à cette déclaration (notamment de nombreux vignobles) et afin d’apporter une vision des espaces non-cultivés, le groupe de travail « Ressources » du réseau des ADA a relevé l’importance d’intégrer les couches cartographiques « Corine Land Cover » et « BD Forêt V2 ». Par la suite, nous avons également inclus les haies afin de faire apparaître cet important réseau d’infrastructures écologiques ainsi que le réseau hydrographique permettant d’estimer la disponibilité de l’eau. Ces deux éléments sont issus de la base de données « TOPO », mise à disposition par l’Institut Géographique National (IGN).

Afin de faciliter la lecture de cette mine d’informations, le nombre de catégories de cultures dans l’application a été considérablement réduit. N’a été conservé que le détail de celles qui ont un intérêt mellifère : la liste est ainsi passée de 349 à 70 types de cultures. Par ailleurs, nous avons également mis en place une fonction permettant de fusionner les différentes couches cartographiques au lieu de les superposer ; ce qui permettra de restituer les informations sous un format plus proche du cahier des charges de la production en AB. L’ensemble de ce travail a abouti fin 2020.

En 2021, l’ITSAP-Institut de l’abeille a eu pour objectif d’améliorer les performances de ce service. Deux grands chantiers ont été mis en route : d’une part, héberger les données sur un serveur exclusivement dédié à l’application et, d’autre part, changer une partie des technologies utilisées pour l’hébergement de l’application. Les résultats sont au rendez-vous puisque le chargement des données est aujourd’hui 8 fois plus rapide qu’il ne l’était : 5 secondes entre le clic et l’affichage de données, contre 40 secondes il y a un an. BeeGIS n’a pas fini de vous être utile et de vous étonner !


[1] Application sur smartphone qui permet la détermination d’espèces végétales à partir de photographies.

Plus d’informations ici : https://plantnet.org/