La ruche connectée : objet de surveillance environnementale, de zootechnie ou de découverte récréative

Par Itsap-Com, le 24 septembre 2018

La diminution du coût, la miniaturisation des capteurs électroniques, ainsi que l’augmentation de leur précision et de leurs performances, permet dorénavant d’enregistrer en continu des variables physiques générées par l’abeille domestique : température, humidité et vibrations dans la ruche, poids de la ruche, entrées/sorties des butineuses.

En recherche, alors que les interactions entre stress menant au déclin de certaines colonies restent souvent méconnues, les capteurs permettent d’améliorer notre compréhension des causes et de proposer des solutions pour mieux protéger l’abeille. Bien que beaucoup de capteurs aient montré leur pertinence dans les études scientifiques, peu assistent les apiculteurs au quotidien dans leur gestion du cheptel. Seules les balances électroniques automatisées aident aujourd’hui les apiculteurs dans leurs décisions en surveillant l’évolution du poids de leurs ruches lors des miellées. Chez les passionnés de l’abeille, les capteurs sont souvent employés pour découvrir et suivre les comportements complexes de cet insecte social.
Dans l’article, nous présentons certaines applications de la « ruche connectée », en proposant une analyse des avantages et des limites au regard des objectifs des apiculteurs et des décideurs. Ces nouvelles technologies, en détectant des événements de santé des colonies, offrent notamment une perspective intéressante dans le cadre de la surveillance environnementale.

Decourtye A.1,2,3, Dangléant A.1,2, Allier F.1,2, Alaux C.2,4

1 ITSAP-Institut de l’abeille, 228 route de l’aérodrome, F-84914 Avignon cedex 9 2 UMT Prade, 228 route de l’aérodrome, F-84914 Avignon cedex 9 3 ACTA, 228 route de l’aérodrome, F-84914 Avignon cedex 9 4 UR 406, Abeilles et environnement, 228 route de l’aérodrome, F-84914 Avignon cedex 9 Correspondance : axel.decourtye@itsap.asso.fr

Lire la suite sur le site