Réseau d’exploitations de référence : Compte rendu pluriannuel (2011-2016)

Par Itsap-Com, le 21 novembre 2019

Le Réseau d’exploitations de référence

Le Réseau d’Exploitations de Référence (RER) de la filière apicole a été créé en 2012. Son objectif est de mettre à disposition des références techniques et économiques sur les exploitations apicoles professionnelles, en illustrant leur diversité. Coordonné par l’ITSAP, il s’appuie sur les Associations régionales de Développement de l’Apiculture (ADA) et sur le Groupement des Producteurs de Gelée Royale (GPGR) qui réalisent chaque année des enquêtes chez des apiculteurs professionnels, dont les exploitations sont en « rythme de croisière ».

Au total, 86 exploitations différentes ont été suivies entre 1 et 6 années sur les saisons 2011 à 2016. L’échantillon ne se veut pas représentatif de l’apiculture française mais l’objectif, à terme, est de représenter la diversité des systèmes existants et leurs caractéristiques techniques et économiques.

Cet article ne présente qu’une partie des résultats.

Voir la synthèse pluriannuelle complète

Les productions des exploitations du Réseau

Figure 1 : Diversité des produits des exploitations du Réseau. Seuls les produits dont les ventes dépassent 2000 € HT par an sont inclus.

Pour 66 % des exploitations enquêtées, le miel représente plus de 80 % du chiffre d’affaires. Parmi les autres produits vendus, on retrouve la cire, le pollen et la propolis, la gelée royale, les produits transformés (nougat, pain d’épices…), les produits d’élevage (essaims, reines…), et les prestations comme les prestations de service de pollinisation1.

Taille des exploitations enquêtées

Figure 2 : Taille des exploitations du Réseau en nombre de colonies hivernées par UMO.

Les exploitations du Réseau ont entre 140 et 2 520 colonies hivernées2.
54 % des exploitations ont entre 150 et 299 colonies hivernées par UMO3. Aux extrêmes, on retrouve les exploitations spécialisées dans la production de miel, vendant en vrac et ne réalisant pas ou peu de transhumances (plus de 500 colonies par UMO) et, à l’inverse, le groupe des 85 à 149 colonies par UMO est constitué presque exclusivement d’exploitations au profil « spécialisée en gelée royale ».

Rendements

En moyenne, le rendement en miel est de 24 kg par colonie hivernée ou de 32,7 kg par colonie mise en production au printemps. On observe de fortes variabilités entre les exploitations et les années, avec un maximum de 55,3 kg par colonie hivernée pour une exploitation en 2011 et un minimum de 5,9 pour une exploitation en 2016. Les rendements en miel sont fortement impactés par les conditions météorologiques de l’année, qui influencent la disponibilité des ressources mellifères. Au niveau national, entre 2011 et 2016, les apiculteurs n’ont bénéficié que de deux bonnes années de production : 2011 et 2015 avec toutefois une forte hétérogénéité territoriale.

Le rendement de la gelée royale est en moyenne de 0,92 kg par ruche mise en production.

Résultats économiques des exploitations

Sur l’ensemble des exploitations enquêtées, 66 sont orientées vers la production de miel. Globalement, le prix moyen de vente du miel a augmenté entre 2011 et 2016.

Figure 3 : Prix moyen de vente du miel (en € HT/kg) selon le mode de commercialisation. Le prix moyen est calculé par exploitation, en divisant le montant des ventes de miel par la quantité de miel vendu, pour chaque mode de commercialisation.

Perspectives

La poursuite de ces enquêtes permettra de consolider les références technico-économiques acquises sur le fonctionnement des exploitations professionnelles. Par ailleurs, outre la mise à disposition de références pour les apiculteurs, conseillers, partenaires et décideurs, ce Réseau pourra, par exemple, apporter des éléments sur l’impact de certains changements (évolution des prix, des rendements, …) sur le fonctionnement technico-économique des exploitations. Ce Réseau représente un véritable atout pour l’ensemble de la filière, comme c’est le cas pour les autres filières d’élevage. Il est amené à évoluer en fonction de l’implication et des attentes des différents acteurs qui le construisent.

Nous remercions le réseau des ADA et le GPGR pour leur engagement et leur expertise, ainsi que les apiculteurs qui ont accepté de donner de leur temps pour aider la filière à acquérir des données de références sur le fonctionnement des exploitations apicoles professionnelles.

Rédaction article : Chloé Juge et Cécile Ferrus
Contact : constance.beri(a)itsap.asso.fr et cecile.ferrus(a)itsap.asso.fr

 

1 Accord (verbal ou écrit) passé entre un apiculteur et un agriculteur pour le dépôt d’un lot de colonies sur une période donnée afin d’optimiser la pollinisation. La prestation peut être rémunérée de manière monétaire ou d’une autre manière.
2 Le terme « colonies » comprend ici à la fois les ruches et les ruchettes mais exclut les nuclei.
3 UMO = Unité de Main d’œuvre, mesure la main d’œuvre disponible. 1 UMO = 1 temps plein.