Qui sont les principaux pays européens actifs dans les échanges de miel ?

Par Itsap-Com, le 15 octobre 2021

Une typologie par pays disponible

En examinant les activités des principaux pays européens actifs sur le marché des miels, Jacques Combes, consultant indépendant et Cécile Ferrus, de l’ITSAP-Institut de l’abeille, ont pu dessiner une typologie des différents acteurs en présence, en tenant compte de leur niveau de production nationale, de leurs importations et exportations. Celle-ci permet de distinguer des pays plutôt importateurs et faiblement exportateurs, des pays de négoce et enfin des pays plutôt producteurs et exportateurs.

Cette typologie, basée sur l’analyse des cartes 1 et 2 et de la figure 1 ci-dessous a identifié 4 familles d’acteurs au sein des principaux pays européens actifs dans les échanges de miels :

Type 1 : les pays importateurs, de manière significative, mais faiblement exportateurs

Type 2 : les pays de négoce, fortement importateurs et exportateurs

Type 3 : les pays de négoce mais producteurs et consommateurs importants

Type 4 : les pays producteurs et exportateurs nets

Les pays importateurs, de manière significative, mais faiblement exportateurs (type 1)

  • Type 1a : la France. Elle importe essentiellement des autres pays de l’UE pour combler le déficit entre sa production et sa consommation. Elle exporte des volumes qui restent limités mais essentiellement des miels à forte valeur ajoutée produits en France.
  • Type 1b : le Royaume-Uni. Pays de faible production, celui-ci importe massivement des pays tiers notamment de Chine pour approvisionner son marché domestique. Il exporte des volumes très limités.
Carte 1 : Importations de miel des pays tiers et typologie des pays de l’UE (28 états membres) en 2018 – Source : Carte réalisée sur la base des données d’Eurostat
Carte 2 : Tonnage de miel exporté vers les autres états membres, des 7 principaux états membres exportateurs de l’UE en 2018 – Source : Carte réalisée sur la base des données d’Eurostat
Figure 1 : Tonnage et origine des importations et exportations pour un échantillon de pays de l’UE – 2020 – Source : Eurostat

Les pays de négoce, fortement importateurs et exportateurs (type 2)

Ces pays sont qualifiés de « plaque tournante ». Des tonnages de miels importants ne font que transiter par eux : miels importés des pays tiers puis revendus dans les autres pays de l’UE. Trois pays se distinguent dans cette catégorie :

  • La Belgique : un marché domestique limité et une production insignifiante. Ce pays a importé en 2020 plus de 24 000 tonnes de miel des pays tiers pour en réexporter 80% vers les pays de l’UE.
  • La Pologne : elle joue un rôle clé dans le négoce du miel en Europe depuis une dizaine d’années. En 2020, ce pays a importé plus de 31 670 tonnes de miel dont 26% provenant de Chine pour en réexporter 85% vers les pays de l’UE.
  • L’Espagne : à la différence des deux autres, ce pays a une production domestique importante de miel. En 2020, l’Espagne a importé pratiquement 31 600 tonnes dont la moitié vient de pays tiers (et 15% de Chine) puis a exporté 28 400 tonnes, 75% de ce volume étant destiné aux autres pays de l’Union européenne.

Pays de négoce mais producteurs et consommateurs importants (type 3)

C’est le cas notamment de l’Allemagne : avec plus de 88 000 tonnes (+ 10% par rapport à 2019), l’Allemagne est de loin le 1er pays importateur de miel en Europe notamment à 65% des pays tiers (peu de provenance de Chine mais beaucoup venant d’Ukraine). Ce pays exporte un tonnage
limité (28 000 tonnes) destiné à 70% vers les autres pays de l’Union européenne.

Les pays producteurs et exportateurs nets (type 4)

Il s’agit de 3 pays de l’Europe centrale et orientale : la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie. Ces derniers sont producteurs de miel et certaines de leurs productions sont spécifiques (du miel d’acacia par exemple). Leurs exportations sont issues de récoltes nationales et sont destinées, pour 90% des volumes, aux autres pays membres de l’Union européenne. Ces pays sont, de fait, qualifiés d’exportateurs nets. Ils n’importent pas de miels pour en faire le négoce international.

Tableau 1 : Exportations vers l’UE de 3 pays producteurs en 2020 et évolution par rapport à 2019. – Source : Eurostat

Auteurs : Jacques Combes (consultant indépendant), Cécile Ferrus (ITSAP-Institut de l’abeille)

Contact : cecile.ferrus(a)itsap.asso.fr