Un nouveau médicament contre le varroa bientôt disponible !

Par Itsap-Com, le 14 novembre 2016

Le Comité Vétérinaire (CVMP) de l’Agence Européenne du Médicament (EMA) a recommandé à l’issue de sa réunion d’octobre une autorisation de mise sur le marché (AMM) pour l’Union Européenne concernant le médicament contre varroa VarroMed[1].

Ce médicament est composé de deux substances actives : l’acide oxalique di-hydrate et l’acide formique. Il associe les propriétés de chacune des substances : effet sur les varroas phorétiques pour l’acide oxalique (AO) et sur les varroas en reproduction dans le couvain pour l’acide formique (AF). Ainsi, d’après le laboratoire pharmaceutique BeeVital qui en est le propriétaire, il peut être utilisé aussi bien au printemps qu’à l’automne ou en hiver. Prêt à l’emploi, il s’applique sous forme liquide par dégouttement sur les abeilles. L’application répétée de VarroMed entraînerait cependant une augmentation de la mortalité des abeilles. Le temps d’attente (durée à respecter entre la dernière administration et la récolte) est de 0 jour, avec recommandation de ne pas traiter pendant une miellée.

À l’issue d’expérimentations réalisées en Autriche, Allemagne et Espagne, l’efficacité attendue d’une application est de 80 %. Bien qu’elle soit inférieure aux 90 % préconisés par les lignes guide du CVMP pour un médicament anti-varroa, ce dernier a malgré tout décidé de recommander le VarroMed pour une AMM européenne à la majorité des voies et non à l’issue d’un consensus. Pour sa part, le laboratoire BeeVital recommande de l’employer dans un programme de lutte intégrant d’autres mesures comme le piégeage dans le couvain de mâles. Un suivi de la pression parasitaire doit encore compléter ce type d’approche. Compte tenu du potentiel de ce nouveau médicament (utilisation en présence de couvain, temps d’application réduit, emploi d’acides organiques dont on connaît les conditions d’efficacité : absence de couvain pour l’AO et températures suffisantes pour l’AF), il sera nécessaire d’évaluer son efficacité aux différentes périodes d’emploi potentielles.

Il s’agit de la première AMM centralisée (valable d’office dans les 28 pays de l’UE) pour un médicament vétérinaire en apiculture. Classé « MUMs » (usage mineur pour espèce mineure/marché restreint), celui-ci a bénéficié de procédures facilitées pour la mise sur le marché. À l’issue de la prise de décision d’AMM par l’Union Européenne et de sa communication aux États membres, ce médicament pourra être référencé pour commercialisation avant d’être mis à disposition des apiculteurs par les vétérinaires et pharmacies vétérinaires. Une procédure qui peut encore prendre un certain délai ! Après l’amitraze avec l’Apitraze et les acides oxalique et formique pour le VarroMed, si la mise sur le marché d’un nouveau médicament est un progrès notable pour améliorer le panel de moyens de lutte disponibles pour les apiculteurs, il est toutefois notable que les dernières AMM ne proposent pas de substance active nouvelle ou originale.

Contact : julien.vallon@itsap.asso.fr

[1] Communiqué de presse de l’EMA disponible sur http://www.ema.europa.eu/docs/en_GB/document_library/Press_release/2016/10/WC500213813.pdf