Lutte contre Varroa : détecter au plus tôt pour intervenir efficacement

Par Itsap-Com, le 13 février 2019

Retour sur un atelier de l’ITSAP lors du congrès de Rouen.

L’ITSAP-Institut de l’abeille était présent au congrès international d’apiculture et d’apithérapie de Rouen, organisé par le Syndicat National d’Apiculture, avec le Syndicat Apicole de Haute Normandie et l’Association Francophone d’Apithérapie. A cette occasion, l’ITSAP a tenu sur son stand un atelier devant une quarantaine d’apiculteurs.

Lors de cet atelier les méthodes d’estimation du niveau d’infestation des colonies en varroas ont été présentées : le suivi de la mortalité sur langes et le lavage d’un échantillon d’abeilles. Les procédures ont été détaillées ainsi que et le matériel nécessaire à leur mise en œuvre et les avantages et limites de chaque méthode. Pour choisir la méthode à employer, plusieurs documents techniques produits par l’ITSAP-Institut de l’abeille ou les Associations de développement de l’apiculture (ADA) sont disponibles et décrivent dans le détail les procédés.

Concernant les méthodes de lutte disponibles, un rappel a été fait des médicaments disposant d’une AMM en France et de leurs principales caractéristiques (substance active, mode d’action et mode d’emploi, efficacité attendue et connaissance pratique liée à leur ancienneté ou leur arrivée sur le marché, etc.), ainsi qu’une présentation des méthodes biotechniques efficaces.

Le principal enjeu sanitaire d’une stratégie de lutte est de soigner les abeilles qui constitueront la population d’hiver, mais aussi de réduire au maximum la population de parasites en début de saison suivante.

L’élaboration de la stratégie de lutte a été présentée selon 4 points :

  1. Respecter les « principes de base » : évaluer le niveau d’infestation d’un rucher – et cela malgré la variabilité parfois observée entre colonies – ; traiter toutes les colonies d’un rucher de la même façon et en même temps ; acquérir le matériel spécifique, notamment de protection de l’utilisateur, nécessaire à l’emploi de certains médicaments.
  2. Estimer les principaux éléments de la dynamique de l’infestation : le niveau initial de l’infestation au printemps et le degré de rapidité de l’accroissement de cette infestation au cours de la saison.
  3. S’accorder aux contraintes de l’itinéraire technique.
  4. Evaluer si une méthode de lutte « de rattrapage » doit être réalisée. Des résultats de tests évaluant l’efficacité de traitements en cours de saison ont été présentés.

Face aux contraintes connues – efficacité des traitements pas de 100 % et hétérogène, surtout en « AB », et ré-invasion fréquente – seul un suivi du niveau d’infestation permet d’acquérir une stratégie de lutte précise et plus performante. L’apiculteur s’appuiera sur sa connaissance du niveau d’infestation de ses ruchers, et sur un accompagnement technique des acteurs du sanitaire, pour choisir la conduite à adopter.

Pour en savoir plus : http://itsap.asso.fr/pages_thematiques/ravageurs-maladies/lutte-contre-varroa-detecter-plus-tot-intervenir-efficacement/
Contact : Julien Vallon