Les différents types de fraudes sur le miel

Par Itsap-Com, le 9 juin 2017

La Directive européenne « Miel » (et le décret « Miel » au niveau français), ainsi que la norme Codex pour le miel , définissent le miel et les critères que doit respecter un produit pour être qualifié ainsi. Pour être vendu sous la dénomination « miel », aucune substance (autre que du miel) ne peut être rajoutée. Comme d’autres produits alimentaires, le miel est victime de fraudes, c’est-à-dire d’actions destinées à tromper le consommateur.

Dans un rapport du Parlement européen de 2013, le miel est cité parmi les denrées alimentaires faisant souvent l’objet d’activités frauduleuses. Le miel est classé comme le 6ème produit qui risque le plus de faire l’objet de fraude alimentaire après l’huile d’olive, les poissons, les aliments biologiques, le lait et les céréales (Comenvi , 2013).

La DGCCRF effectue chaque année un plan de contrôle sur les miels commercialisés en France et vérifie :

  • Les dénominations de vente et les indications ayant trait à une origine florale ou végétale, régionale, territoriale ou topographique et de manière plus générale l’ensemble des mentions d’étiquetage ;
  • La qualité des miels et notamment leur composition et leurs critères physico–chimiques (teneur en sucres, en eau, conductivité électrique, acides libres, indice diastasique et teneur en HMF) ;
  • L’absence d’adultération des miels par des sucres exogènes (DGCCRF, 2014).

Les données présentées ci-dessous sont issues d’une étude sur la qualité du miel effectuée en 2013-2014 par l’ITSAP-Institut de l’abeille. Le premier travail de cette étude a consisté à identifier et à classifier les différents types de fraudes qui touchent le miel.

On distingue deux types de fraudes pratiquées sur le miel (voir Figure 1) :

  • Les fraudes concernant la qualité du produit : le produit analysé ne peut être définit comme du miel au regard des dispositions de la Directive Miel,
  • Les fraudes concernant la description du produit commercialisé : le produit répond à la définition du miel mais l’étiquette apposée ne correspond pas au produit et/ou n’est pas conforme à la Directive Miel.

Ces fraudes peuvent intervenir à différentes étapes : production, récolte, travail du miel après récolte, étiquetage/commercialisation notamment (voir Figure 2).

Figure 1 : Les différents types de fraudes sur le miel

Figure 1 : Les différents types de fraudes sur le miel

Figure 2 : Les fraudes possibles sur le miel positionnées dans la chaîne de fabrication

Figure 2 : Les fraudes possibles sur le miel positionnées dans la chaîne de fabrication

Notes :

[1] Directive Miel : DIRECTIVE 2001/110/CE DU CONSEIL du 20 décembre 2001 relative au miel

[2] Décret Miel : Décret n°2003-587 du 30 juin 2003 pris pour l’application de l’article L.214-1 du code de la consommation en ce qui concerne le miel

[3] CODEX Norme pour le miel, 2001

[4] Comenvi : Commission Environnement, Santé publique et Sécurité alimentaire du Parlement européen

Lire l’article complet sur le site