Lancement d’une application web pour analyser les ressources alimentaires autour des ruchers

Par Itsap-Com, le 30 septembre 2020

BeeGIS : une application de collecte de données environnementales à destination des apiculteurs !

BeeGIS, acronyme de « Bee Geographic Information System », est un service en ligne développé par l’ITSAP – Institut de l’abeille en collaboration avec les associations de développement apicole (ADA). Ce service permet en quelques clics de prendre connaissance des surfaces de cultures, de bois ou de milieux naturels présents sur l’aire de butinage autour d’un rucher. L’objectif de ce nouvel outil est d’offrir aux apiculteurs la possibilité de cartographier leurs emplacements et ainsi de mieux les connaître. En parallèle, BeeGIS propose l’accès à d’autres données utiles aux apiculteurs à l’échelle départementale comme les chiffres de vente de produits phytosanitaires (BNVD*) ou des données issues de la déclaration de ruches en lignes. D’ores et déjà disponible, BeeGIS est entièrement libre d’accès, ne nécessite pas de création de compte, ne collecte aucune information sur les utilisateurs, et s’adresse à tous les apiculteurs !

Le prototype est actuellement en libre accès à cette adresse : http://appli.itsap.asso.fr:3838/beegis/

L’emplacement de rucher, un choix stratégique

L’emplacement sur lequel un apiculteur positionne un rucher a une importance primordiale pour le bon développement et le niveau de production d’une colonie. En effet, la localisation du rucher conditionne l’abondance, la diversité des ressources (nectar, pollen, eau, propolis), la qualité de celles-ci (nutriments, polluants), mais influence également le risque induit par les prédateurs (frelon asiatique, par exemple) et aux maladies.

De plus, les bouleversements climatiques rendent le calendrier et les performances des miellées plus aléatoires et incertains. La charge en ruches et l’organisation des emplacements deviennent ainsi des problématiques prépondérantes. Une analyse approfondie des territoires accessibles par les abeilles depuis un rucher deviendra sans nul doute une nécessité pour le producteur de demain.

Aujourd’hui, le choix stratégique d’un emplacement par un apiculteur dépend principalement de sa connaissance du terrain, de son expérience, du partage de savoir avec ses pairs ainsi que d’opportunités ponctuelles. Aucun service suffisamment synthétique et dédié aux spécificités de l’apiculture n’est disponible pour fournir des informations objectives à même de compléter ce savoir empirique. En sélectionnant les base de données utiles et en proposant une ergonomie adaptée au comportement des butineuses sur le territoire, BeeGIS cible ce besoin spécifique exprimé par les apiculteurs.

Les données cartographiques ciblées

BeeGIS permet donc d’accéder à différentes ressources cartographiques en « Open Data » (c’est à dire libre d’exploitation) parmi lesquelles :

  • Le registre parcellaire graphique de 2010 à 2018, qui cible les parcelles cultivées et déclarées par les agriculteurs dans le cadre de la Politique Agricole Commune (PAC). Bien que non-exhaustives, ces déclarations couvrent une grande partie du territoire national avec notamment 9,5 millions de parcelles en 2018. La publication de ces données par l’agence des services de paiement se fait avec un décalage d’une année (la version 2019 n’a pas encore été publiée).
  • La base de données Forêt (version 2), proposée par l’IGN, est une base de données de référence pour l’espace forestier et les milieux semi-naturels, comme les landes, et a été constitué entre 2007 et 2018. Elle décrit les formations végétales forestières et naturelles par une approche de la couverture du sol traduisant une description de la densité de couvert du peuplement, de sa composition et de l’essence dominante.
  • La base de données géographiques Corine Land Cover, produite sur 39 états européens dans le cadre du programme européen de surveillance des terres de Copernicus, piloté par l’Agence européenne pour l’environnement. Elle est issue de l’interprétation visuelle d’images satellitaires avec des données complémentaires d’appui et fourni une catégorisation exhaustive des territoires.

Une fois réunies, ces trois principales ressources permettent de constituer une cartographie précise, complète et pertinente pour les besoins des apiculteurs. En effet, le registre parcellaire graphique regroupe les données les plus détaillées actuellement disponibles pour les grandes cultures et inclut les aménagements agricoles favorables aux pollinisateurs. De même, la base de données Forêt propose la plus grande précision en ce qui concerne les milieux forestiers et habitats naturels. Le Corine Land Cover, moins précis par nature, permet de compléter l’occupation du sol pour ne laisser aucune « zone blanche » en vu de l’analyse de l’aire de butinage.
Dans le futur, d’autres ressources viendront compléter cette vision pour donner des indicateurs utiles aux apiculteurs, telle que la distance entre le rucher et la plus proche source d’eau naturelle, ou encore les parcelles conduites sous le cahier des charges Agriculture Biologique. L’extraction d’informations supplémentaires à partir des ressources cartographiques actuelles, comme la présence d’aménagements favorables aux pollinisateurs, fait également partie des travaux en cours. A terme, BeeGIS a pour objectif de fournir une lecture précise, complète, mais surtout synthétique et intuitive du territoire.

Fonctionnalités proposées

Par simple clic sur la carte, l’utilisateur positionne d’abord le ou les emplacement(s) à analyser. Une fois récupérées, les données sont projetées sur la carte (Figure 1). Chaque polygone (équivalent à une entité cartographique homogène, par exemple une parcelle) peut alors être cliqué pour afficher le type d’occupation du sol (espèce cultivé, type de forêt, etc.), sa surface ainsi que la source des données.

Figure 1 : Capture d’écran de BeeGIS une fois les données d’occupation du sol projetées sur la carte pour un emplacement.

Le recouvrement total des surfaces autour de l’emplacement peut alors être visualisé graphiquement afin de détailler le contenu de l’aire de butinage, et de le comparer à un autre emplacement. La visualisation peut également être paramétrée par l’utilisateur en fonction de son objectif (Figure 2).

Figure 2 : Occupation du sol proposé par BeeGIS,
paramétré pour faciliter la comparaison des cultures présentent dans l’aire de butinage de deux emplacements
(respectivement en bleu et orange).
LAV = Lavande / Lavandin, BDH = Blé Dur d’Hiver, SPH = Surface Parstorale, etc.

En faisant varier la sélection des données et les paramètres graphiques, il est ainsi possible d’obtenir une liste détaillée de l’occupation du sol d’un emplacement pour une année, de suivre l’évolution des cultures entre 2010 et 2018, ou encore de comparer cette évolution du sol entre deux emplacements.

Le même type de visualisations sont proposées pour les ventes de produits phytosanitaires, adaptées à l’échelle départementale. En sélectionnant une substance active particulière et une année, une carte des quantités vendues par département est proposée. L’outil graphique permet quant à lui de suivre l’évolution des ventes par année sur différents départements ou bien à l’échelle nationale. De la même manière, une carte de France indiquant le nombre de ruches (ou le nombre d’apiculteurs par catégorie de nombre de ruches) par département peut être produite.

Un outil au cœur du débat sur les emplacements

Si les apiculteurs ont maintenant la possibilité de s’appuyer sur cet outil pour mieux définir la ressource alimentaire disponible dans l’aire de butinage d’un rucher installé, il peut potentiellement aider à estimer a priori la valeur d’un secteur d’un point de vue mellifère, avant toute transhumance. Qui plus est, les données des parcelles forestières et des espaces naturels donnent une idée des espèces attractives nectarifères et pollinifères présentes en majorité ou de la densité de surfaces d’éléments semi-naturels (haies, talus, bords de champs, prairies naturelles…), connues pour apporter des ressources diversifiées et essentielles en dehors des périodes de floraison des grandes cultures mellifères.

Une telle utilisation de BeeGIS à des fins de prospection semble provoquer des inquiétudes auprès de certains apiculteurs interrogés dans le cadre du développement (voir encadré « Par et pour les apiculteurs »). En effet, la possibilité d’une carte de potentiel de récolte pourrait mettre en concurrence des apiculteurs pour les emplacements, et entrainer la ruée vers certains territoires. Pour autant, tous s’accordent sur l’intérêt de ce même service, et sur la nécessité grandissante d’accéder à des informations précises sur les emplacements.

En ouvrant l’accès à BeeGIS, l’ITSAP – Institut de l’abeille et les ADA choisissent de partager un de leurs outils internes, utilisé pour contextualiser l’évolution de colonies suivies dans le cadre d’expérimentations. L’objectif poursuivi est de permettre aux apiculteurs de faire de même avec leur cheptel en croisant les performances de leurs colonies avec un regard nouveau sur leurs emplacements et, de cette manière, aider leur prise de décisions pour la saison suivante.

Toutefois, le choix final d’un emplacement ne pourra jamais être fait uniquement sur la base de données cartographiques. Une visite des lieux à différents moments de l’année restera toujours indispensable, de même que la rencontre avec les agriculteurs et propriétaires, carte en main, et l’observation de terrain.

Par et pour les apiculteurs !

Le réseau expérimental formé par l’ITSAP – Institut de l’abeille et les Associations de Développement de l’Apiculture (ADA) intègrent de nombreux apiculteurs à différents niveaux. Nos structures, toutes associatives, ont des conseils d’administration constitués majoritairement d’exploitants apicoles, de même que la plupart de nos expérimentations se font sur des ruches mises à disposition par des producteurs. Les administrateurs de la fédération des ADA, ADA France, se sont prononcés pour la priorisation du développement de BeeGIS.

Remerciements

BeeGIS a été développé dans le cadre du projet IODA, lauréat de l’appel à projet CASDAR 2016 « Recherche et Technologie ». Nous tenons à remercier la marque « Le Petit Marseillais » (groupe Johnson&Johnson) pour son mécénat versé en 2019. Enfin, nous tenons à remercier l’IGN de la confiance qu’ils nous ont témoigné en choisissant BeeGIS pour la 5e saison de leur tremplin IGN Fab (2018).

Alexandre Dangléant 1, Fabrice Allier 1, Miren Pédehontaa-Hiaa 2, Axel Decourtye 1
1 – ITSAP – Institut de l’abeille ; 2 – Association de Développement de l’Apiculture de Nouvelle-Aquitaine (ADA NA)