La RMN au service de la détection de fraude d’adultération du miel

Par Itsap-Com, le 5 mai 2017

corse_sept_2010_022

Une nouvelle méthode fait parler d’elle aujourd’hui pour la détection de fraudes d’adultération du miel (fraudes liées à la présence de sucres exogènes dans le miel). Cette méthode est la RMN : Résonnance Magnétique et Nucléaire.

C’est une technique déjà utilisée dans d’autres filières pour identifier les différents types de vins ou de jus de fruits et pour caractériser les origines géographiques.
À l’heure actuelle, les méthodes d’analyses existantes pour détecter la présence de sucres exogènes dans le miel sont souvent spécifiques à certains types de fraudes (certains types de sucres) et ne permettent donc pas toujours de détecter tous les types de fraudes.

Cette technologie de la RMN permettrait notamment de détecter les additions de sucres issus de plantes non mellifères. Elle se base sur l’identification de la structure des différents composants d’un produit permettant d’obtenir le spectre de la composition de ce produit.

La technologie RMN laisse entrevoir de réelles perspectives aussi bien pour la vérification des appellations florales et géographiques des miels, que pour la détection d’ajouts de sucres issues de plantes non mellifères dans les miels.

En mai 2016, la société Famille Michaud Apiculteurs a équipé son laboratoire de la technologie de RMN. Aujourd’hui, l’utilisation de cette technique nécessite la création d’une base de données référençant les profils des différents types de miels (appellations florales et origines géographiques) pour constituer une banque de données de référence de miels authentiques. Des travaux sont en cours pour la constitution de cette base de données de référence. Pour cela, le laboratoire de Famille Michaud Apiculteurs s’est associé en consortium avec notamment la société allemande Bruker (qui fabrique cette technologie) et les laboratoires d’analyses allemands QSI et ALNuMed, pour créer cette base de données de référence.

D’autres sociétés ou administrations s’intéressent aujourd’hui également à cette technique de la RMN (Eurofins, DGCCRF).