Hommage à Raymond Borneck, un grand nom de l’apiculture

Par Itsap-Com, le 22 février 2019

En janvier dernier disparaissait Raymond Borneck, infatigable défenseur des abeilles. Il avait porté l’apiculture française au-delà des frontières. Yves Le Conte, Directeur de recherche à l’INRA d’Avignon, l’a souvent côtoyé.

Comment avez-vous rencontré Raymond Borneck ?

Yves Le Conte : Nous étions dans les locaux de l’INRA à Bures-sur-Yvette dans les années 80, lui étant à l’époque directeur de l’ITAPI (Institut Technique de l’Apiculture). Cette proximité a duré 7 ans, pendant lesquels nous avons partagé de nombreuses soirées conviviales. D’humeur toujours joviale, c’était un plaisir inégalé de l’entendre parler des abeilles et d’apiculture, nous étions suspendus à ses lèvres car c’était un puit de science et un vrai passionné !

Pourquoi ?

Y.L.C. Il dégageait une aura particulière, par sa curiosité insatiable, son désir de développer la filière et son dialogue avec les scientifiques. Il était de tous les combats. Outre l’ITAPI, qu’il a dirigé pendant 20 ans, il a participé à la fondation de la coopérative France Miel, de l’interprofession Intermiel et était très impliqué dans les CFPPA, centres de formation pour adultes. Apiculteur professionnel lui-même dans le Jura, il croyait en l’action collective. D’où son engagement dans le syndicalisme et les coopératives.

Vous parliez de sa proximité avec les chercheurs ?

Y.L.C. Oui il a été très impliqué dans des recherches finalisées, comme celles sur le contrôle de Varroa. Ce fut un des pionniers de la lutte contre ce parasite. C’était un esprit très curieux, toujours ouvert vers de nouveaux domaines. Comme il parlait très bien anglais et allemand, il allait chercher des informations scientifiques et techniques dans le monde entier, avec des retombées évidentes pour l’apiculture française. D’autant qu’il a présidé Apimondia plusieurs années et fut Président pour l’Europe du groupe abeille du COPA COGECA. Ces différentes activités européennes et internationales ont nourri son combat : développer la filière apicole professionnelle en France.

Je lui rends hommage, c’était une personnalité très importante pour l’apiculture française. L’apiculture d’aujourd’hui lui doit beaucoup !