Etude sur la loque européenne atypique

Par Itsap-Com, le 23 avril 2018

L’ITSAP et le Laboratoire National de Référence sur la Santé des abeilles (Anses, Sophia Antipolis) réalisent une Etude de Cas de Loque Européenne Atypique (ECLEA) observés en France.

Pour tenter de mieux caractériser cette maladie – description clinique et identification des agents pathogènes en présence – nous proposons aux apiculteurs qui observeraient de tels cas et qui souhaiteraient disposer d’un retour de l’ANSES (analyses gratuites), de contribuer à cette enquête épidémiologique.

Les symptômes de loque européenne apparaissent au printemps et en été suite à un stress alimentaire, et la plupart du temps disparaissent avec le retour de ressources en quantité suffisantes. Certains cas d’affection du couvain diffèrent cependant des descriptions classiques de la loque européenne : symptômes récurrents d’une année à l’autre, qui perdurent dans le temps témoignant d’une virulence particulière. On entend alors parler de « couvain morveux » ou de « loque atypique ». Ces cas peuvent aussi être confondus lorsque le couvain operculé est atteint et que les larves mortes prennent une consistance « gluante » proche du caractère filant de la loque américaine. Des cas ont été décrits en Suisse (Roetschi et al., 2008), aux Etats-Unis (vanEngelsdorp et al., 2013) et en Italie (Gaggia et al., 2015). Cependant, malgré des signalements en France en provenance de plusieurs régions, aucune étude globale ne s’est penchée sur ces cas.

Le mode opératoire de l’étude ECLEA repose sur une collecte de cadres de couvain symptomatique afin de décrire les cas sur le plan clinique et d’identifier les agents pathogènes en présence.

Vous êtes apiculteur et vous observez un tel phénomène dans vos colonies ? Contactez votre ADA pour connaitre la marche à suivre et obtenir les documents nécessaires pour envoyer un prélèvement à l’analyse. Vous participerez ainsi à l’amélioration des connaissances des cas de loque atypique.

Vous pouvez réaliser le prélèvement vous-même en tant que propriétaire des ruches : le protocole de prélèvement et d’envoi de l’échantillon de couvain ainsi qu’un court questionnaire à remplir vous seront communiqués par votre ADA. Si vous souhaitez faire réaliser ces démarches, vous pouvez solliciter, à vos frais, l’intervention d’un TSA ou d’un vétérinaire (votre ADA pourra vous orienter pour contacter un vétérinaire formé aux pathologies apicoles). Les cadres prélevés sont envoyés à l’Anses pour la description des lésions observées sur le couvain et la recherche des agents pathogènes de la loque (analyse par microscopie et/ou PCR). Les résultats d’analyses vous seront ensuite directement communiqués par l’Anses. Une fois la collecte achevée les résultats obtenus au cours de l’étude seront communiqués, de façon anonyme, à l’ensemble des participants et plus largement dans les bulletins d’information apicoles.

Contact : julien.vallon@itsap.asso.fr

A noter : le projet ECLEA s’intéresse aux cas de loque européenne. Cependant si l’échantillon communiqué révèle la présence de Paenibacillus larvae (agent responsable de la loque américaine) en relation avec des symptômes caractéristiques de la maladie, l’Anses a obligation de porter le cas à la connaissance des services de la protection des populations, entrainant la mise en place des mesures réglementaires de police sanitaire : confinement du rucher, destruction ou transvasement des colonies selon leur viabilité, nettoyage et désinfection ou destruction du matériel et établissement de zones de protection et de surveillance alentours où les ruchers sont recensés et leurs mouvements interdits.

1- Pour contacter votre ADA : coordonnées sur http://www.adafrance.org/reseau/carte-reseau-ADA.php
2- Une prise en charge de l’envoi par l’Anses est prévue, dans la limite du budget disponible. Prendre contact au préalable avec le laboratoire de Sophia Antipolis comme indiqué dans le protocole de prélèvement.