Comparaison de deux types de schémas de sélection

Par Itsap-Com, le 2 mai 2017

Image article blog Guichard

Cette synthèse reprend les grandes lignes d’un état des lieux des pratiques de sélection apicoles françaises réalisé dans le cadre d’un stage de fin d’études d’ingénieur AgroParisTech (Matthieu Guichard, 2016) au sein de l’ITSAP-Institut de l’Abeille.

Les schémas de sélection étudiés en France recèlent une importante diversité. Chaque programme a été conçu par les apiculteurs en fonction de leurs priorités, de leurs objectifs et de leurs moyens. Certains groupements ou apiculteurs individuels ont développé des programmes de sélection mettant en jeu plusieurs lignées. A l’inverse, d’autres apiculteurs, disposant d’un cheptel important, ont élaboré une sélection sur l’ensemble de leur cheptel, sans notion de lignée.

Sélection massale par lignée

La sélection par lignée repose sur la connaissance des généalogies des individus ; une lignée étant en général représentée par plusieurs reines sœurs auxquelles on associe la connaissance des générations précédentes. Un programme de sélection peut comporter jusqu’à une dizaine de lignées. Chaque année, les meilleures reines au sein de chaque lignée sont retenues pour devenir des reproducteurs ; elles seront soit utilisées par la voie femelle (production de reines vierges), soit par la voie mâle (production directe de faux-bourdons ou par le biais de leurs filles). Les reines-mères sont en général gardées une année en reproduction, parfois plus si elles sont très performantes, et sont alors maintenues dans des colonies de faible population, en vue d’économiser leur ponte.

image001

 

Représentation théorique d’un exemple de schéma de sélection par lignée : PLi : populations des i lignées, l’ensemble constituant la population en sélection P. si : noyau nucléi de sélectionnés de dans chaque lignée. L’approvisionnement en mâles est symbolisé par les flèches vertes, celui en reines par les flèches oranges. IA : Insémination Artificielle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sélection massale sur l’ensemble du cheptel

Dans une démarche de sélection massale sur l’ensemble du cheptel, chaque année, les meilleurs individus de la population sont choisis pour fournir la voie femelle. Ce nombre est en général inférieur à 10, souvent de l’ordre de 3 à 7. Le choix des reines mères change chaque année, afin d’éviter une baisse de la variabilité génétique trop importante. Le renouvellement des colonies peut être fait de manière systématique à partir de nucléis, d’introductions de cellules royales, ou utiliser une part de remérage naturel.

Calculer le progrès génétique annuel

Pour une démarche de sélection donnée, il est possible de calculer des progrès génétiques théoriques, c’est-à-dire d’estimer l’impact de la pratique de sélection sur la valeur du cheptel. Le progrès génétique annuel combine l’intensité de sélection, la précision de la sélection, l’héritabilité du caractère et l’intervalle de génération. Pour comparer les deux grands types de schéma décrits, nous avons estimé le progrès génétique annuel pouvant être obtenu au sein d’une population de 400 colonies.

D’après les observations menées, le dispositif de sélection par lignées permet :

  • un suivi de la génétique présente chez les différents membres d’un groupement de sélection,
  • un progrès sur des critères de sélection difficilement maîtrisables (résistance à varroa, gelée royale…),
  • une maîtrise de la consanguinité des accouplements réalisés,
  • une sélection en « race pure » (tout en maintenant une diversité génétique) ou une sélection par combinaison entre différentes lignées,
  • et enfin un testage rigoureux (répartition des lignées dans différents environnements…).

Par contre, elle requiert du temps et des moyens pour l’évaluation des colonies, une rigueur et une traçabilité, une maîtrise technique pour le maintien des différentes lignées, et la gestion des accouplements, une logistique parfois importante. Elle présente des risques de pertes de matériel génétique ou d’informations puisque les pertes de colonies impactent directement le progrès génétique.

La sélection massale sur l’ensemble du cheptel, quant à elle, permet une sélection sur des critères apicoles facilement transmissibles et elle est moins impactée par la mortalité d’une partie du cheptel. Par contre, elle peut, à long terme, limiter la diversité génétique si trop peu de reproducteurs sont choisis. Selon l’environnement de la fécondation, cette démarche ne permet pas toujours de sélection par la voie mère-fils.

Lire l’article complet