Colle de marquage : facilité d’utilisation et toxicité

Par Itsap-Com, le 2 février 2017

colle-marquage-V2

Cet article est issu d’une série d’expérimentations qui ont été réalisées  dans le cadre d’un stage de fin d’études d’ingénieur Montpellier SupAgro effectué de mars à août 2016 au sein de l’ITSAP-Institut de l’Abeille.

L’objectif des expérimentations présentées étaient de comparer les différents produits disponibles sur le marché pour marquer une reine à la fois sur leur toxicité mais aussi sur leur facilité d’utilisation.

Test de toxicité des colles sur ouvrières

Un premier test de toxicité des colles a été réalisé sur les ouvrières afin de sélectionner les plus pertinentes à tester sur les reines, dont le nombre d’individus est limité pour des raisons pratiques. Six colles ont été testées et comparées à un témoin « Eau ». Elles ont été choisies car elles ont toutes été utilisées pour les marquages d’abeilles soit par les apiculteurs soit dans d’autres expérimentations scientifiques.

Les modalités testées dans la première expérience ont été les suivantes :

  • Témoin sans colle (manipulation avec goutte d’eau)
  • Colle apicole classique Icko® ou Bijenhof® (Belgique) : composition non connue
  • Osto-bond® : colle cutanée à base de latex liquide, de n-hexane et d’oxyde de zinc
  • Temposil® : ciment dentaire à base d’oxyde de zinc et d’A-silicone
  • Super glue gel® : colle à base de cyanoacrylate
  • Colle polonaise apicole (ou colle à paillettes) : composition non connue
  • Colle Sader® : à base d’époxyde (couramment appelée colle époxy)

Trois séries de marquage d’ouvrières ont eu lieu au total. Pour chacune de ces séries, quatre ou cinq colles différentes ont été testées en plus du témoin. Pour chaque modalité testée, 30 ouvrières émergentes sont marquées (colle + pastille) et réparties dans des cagettes. Trois répétitions ont été réalisées, ainsi 90 abeilles ont été testées par modalité. Les abeilles du témoin ont reçu une goutte d’eau appliquée grâce à un coton-tige qui simule l’application de la colle.

Les abeilles marquées ont été maintenu dans des cagettes en plexiglass spécialisées pour les tests sur abeilles et suivies selon les protocoles classiques. La mortalité des abeilles a ensuite été relevée quotidiennement dans chaque cagette sur une durée de 20j. L’analyse des différentes répétitions a permis d’estimer une probabilité de mort au fil des jours pour chacune des modalités.

Figure 1 : Courbes de survie des abeilles ouvrières calculées par l’estimateur de Kaplan-Meier  en fonction de la colle de marquage utilisée

L’analyse des données avec le modèle de Cox donne les résultats suivants :

  1. Il existe un effet négatif très significatif de la colle apicole Icko® sur la survie des abeilles. Les coefficients obtenus permettent d’estimer que cette colle multiplie par 4 leur probabilité de mourir par unités de temps.
  2. La colle Super Glue® présente également un effet négatif sur la survie et une probabilité de mourir multipliée par 1,8.
  3. Un faible effet de la colle apicole Bijenhof® sur la survie est aussi constaté (p-value = 0,0339).
  4. Pour les autres colles, le test ne révèle pas d’effets significatifs sur la mortalité des abeilles avec comparativement au témoin.

C’est donc la colle apicole Icko® qui présente la toxicité la plus importante pour les abeilles. Ce résultat transparait aussi sur l’allure des courbes de survie (cf. Figure 1). Cette colle n’a donc pas été testée sur les reines. Toutefois, l’effectif sur lesquels la colle apicole Icko® a été testée est de 60 individus. Ce test mériterait donc d’être reproduit à plus grande échelle afin de pouvoir trancher sur la toxicité de cette colle.

Enfin des comportements agressifs des abeilles marquées par les deux colles apicoles et par la colle Super Glue® ont parfois été notés lors du relâcher des abeilles dans les cagettes. Cette observation est subjective mais mérite cependant d’être signalée. En effet, ce genre de comportement est souvent remarqué lorsque les abeilles sont soumises à des odeurs qui les incommodent ou à des parfums synthétiques. Il est le signe d’un dérangement très probable lié à l’odeur de la colle.

Ces résultats indiquent donc que les deux colles qui se sont révélées les plus toxiques pour les abeilles font aussi partie de celles les plus fréquemment utilisées par les apiculteurs en France. Ceci mérite bien entendu d’être confirmé mais soulève cependant l’intérêt de réaliser des études complémentaires sur ce sujet.

Test de toxicité sur reines

Pour ce volet, quatre colles ont donc été sélectionnées. La colle polonaise apicole dite « paillette » a été éliminée car elle est trop difficile à diluer de façon précise et reproductible, elle sèche mal et est peu pratique d’utilisation. La colle Sader® époxy n’a pas été testée pour des raisons de modification tardive du protocole. Dans cette expérience, des puces RFID ont été fixées sur le thorax des reines grâce aux quatre colles retenues. Les modalités testées sont les suivantes :

  • Témoin sans colle (manipulation avec goutte d’eau)
  • Colle apicole classique Bijenhof® (Belgique)
  • Osto-bond®
  • Temposil®
  • Super glue gel®

Deux lots de 30 reines ont été marqués à 10 jours d’intervalle. Dans chacun des lots, les cinq modalités ci-dessus ont été testées. Les reines ont été marquées après l’insémination artificielle réalisée entre 7 et 9 jours après leur naissance et mises en cagette avec 100 ouvrières naissantes.

Elles ont ensuite été suivies pendant une période de 60 jours après insémination.

Le nombre de reines mortes au cours de l’expérience n’est pas significativement différent en fonction de la colle utilisée (p-value > 0.05 –  test du Khi2). Ainsi, ce n’est pas la toxicité de la colle sur la reine qui va permettre d’orienter le choix de la méthode de marquage.

L’analyse de la mortalité sur les ouvrières accompagnatrices ne met pas  non plus en évidence d’effet significatif sur leurs chances de survie (p-value < 0,05).

Cependant, la colle a un impact sur la tenue du tag : le nombre de tags qui se décrochent du thorax des reines est significativement plus élevé avec la colle apicole Bijenhof® qu’avec la colle Temposil® (p-value = 0,0251).

Aspects pratiques

Afin d’aborder la facilité d’utilisation, les temps de marquage de chaque série ont été enregistrées.

Lire l’article complet

Aureline Burc, Benjamin Basso, Maxime Béguin

En résumé

image colle de marquage