Cas-type exploitation spécialisée dans la production de gelée royale sous label GRF-Gelée Royale Française et Agriculture Biologique

Par Itsap-Com, le 21 novembre 2019

Dans le cadre des travaux au sein du Réseau d’Exploitations de Référence, RER (technico-économique), l’ITSAP diffuse un cas-type réalisé en collaboration avec le Groupement des Producteurs de Gelée Royale (GPGR).

Les cas-types ont pour objectif de représenter le fonctionnement d’un système d’exploitation viable et reproductible. Le cas-type se veut représentatif d’un mode de fonctionnement de plusieurs exploitations similaires, et donc correspondant à des choix et des pratiques d’apiculteurs cohérentes dans un contexte défini. Les résultats décrits sont souvent supérieurs à la moyenne et peuvent être considérés comme des objectifs.

Le système décrit ici se base sur 6 exploitations enquêtées entre 2014 et 2017. Il a été construit collectivement, en se basant sur les données du Réseau d’exploitations apicoles de référence, par l’ITSAP et grâce à l’expertise de terrain du GPGR.

Pour plus d’informations sur la méthode de construction des cas-types, se référer à l’article : Reseau d’exploitations apicoles de reference : methodologie des cas-types et des-cas concrets

Le label GRF-Gelée Royale Française

Le label GRF-Gelée Royale Française est le fruit de plusieurs années de concertation et de travail des apiculteurs du groupement des producteurs de gelée royale (GPGR) pour promouvoir la filière gelée royale française face à l’importation de gelée royale. Les adhérents du GPGR étaient 97 en 2018, ce qui représente environ 80% des producteurs français. Ils produisent 2 tonnes de gelée royale par an, soit 1% de la consommation française. Pour plus d’informations sur la gelée royale française, vous pouvez consulter le site internet du GPGR : Groupement des Producteurs de Gelée Royale

Présentation des exploitations

Les apiculteurs ont deux types de colonies avec chacune leur génétique spécifique : les colonies à gelée et les colonies à miel. Les ruches à gelée sont sédentaires et situées à une distance maximale de 5 km autour du laboratoire de gelée royale. La production de gelée royale commence en avril et s’étale sur trois mois. Cette production est moins dépendante des conditions climatiques que celle du miel, permettant aux producteurs d’avoir un revenu un peu plus stable.

Les ruches à miel réalisent 2 à 3 miellées et produisent en moyenne 2 tonnes de miel.

Dans ce cas-type l’exploitation commercialise la gelée royale sous labels GRF-Gelée Royale Française et Agriculture Biologique. Elle est conditionnée principalement en pilulier de 10 g.

La production de gelée royale nécessite des investissements dans des moyens de production (matériel et laboratoire gelée royale) qui lui sont spécifiques, mais qui sont peu coûteux.

De plus, cette production est exigeante en temps et en rigueur. Elle nécessite une organisation particulière qui rythme l’ensemble de la saison apicole. Sur l’atelier gelée royale, l’exploitant embauche un salarié à mi-temps en saison de production. En moyenne, on estime que le temps de travail nécessaire sur l’ensemble de l’atelier est de 1,5 heure par ruche par semaine.

Chiffres clés de ce cas-type

TECHNIQUES

Rendement en gelée royale : 1 kg / colonie hivernée

Productions : 40 kg de gelée royale, 2 tonnes de miel, 15 à 20 kg de pollen

Nourrissement : 10 kg équivalent sucre par colonie hivernée

Traitement contre Varroa : acide oxalique, acide formique et pratiques spécifiques (retrait de couvain de mâles, encagement de la reine couplé à l’acide oxalique …)

Taux de pertes hivernales : 30%

ECONOMIQUES (hors taxe)

Prix moyen de vente de la gelée royale : 15,26€ HT / 10 g

Produit brut (hors éventuelles subventions d’exploitation) : 84 250 € HT (soit 301 € / colonie hivernée)

Charges totales : 50 600 € (soit 181 € /colonie hivernée)

Excédent Brut d’Exploitation : 47 600 €

Résultat courant : 33 650 €

Version courte du cas-type

Le document complet est accessible, sous format papier uniquement, auprès des ADA, du GPGR, de l’ITSAP et d’ADA France.

Nous remercions le GPGR pour leur engagement et leur expertise ainsi que les apiculteurs qui ont accepté de donner de leur temps pour aider la filière à acquérir des données de références sur le fonctionnement des exploitations apicoles professionnelles.

Rédaction article : Chloé Juge et Cécile Ferrus
Contact : constance.beri(a)itsap.asso.fr et cecile.ferrus(a)itsap.asso.fr

Ruche pourvoyeuse : colonie dédiée à la production de larve. On y place des cadres à ponte qui seront ensuite récoltés pour utiliser les larves pour le greffage.
Ruche de réserve : quand l’apiculteur perd une de ses colonies de production en gelée royale, il la remplace par une colonie de réserve pour conserver son nombre de colonies de production.
Equivalent sucre : les produits distribués pour le nourrissement glucidique des colonies n’ont pas tous des concentrations en sucres équivalentes. Un taux de conversion est utilisé pour obtenir une quantité en « kg équivalent sucre », il correspond au taux de concentration en sucre du produit.
Produit brut : valeur des productions vendues ou stockées et des éventuelles subventions d’exploitation.
Excédent brut d’exploitation : différence entre le produit et les charges hors amortissements et frais financiers.
Résultat courant : indicateur de la rentabilité économique. Il est obtenu à partir de l’EBE auquel sont soustraits les amortissements et les frais financiers (frais financiers non pris en compte ici).