Analyse de la littérature scientifique mondiale sur la recherche chez les abeilles 1975-2016

Par Itsap-Com, le 6 octobre 2017

Dans le but de positionner ses travaux dans le contexte général de la recherche scientifique, l’ITSAP-Institut de l’abeille a réalisé, avec l’aide de l’INRA, une analyse bibliométrique sur la recherche mondiale en apidologie (étude scientifique des abeilles). Les publications scientifiques étant le reflet des travaux de recherche, leur analyse a permis d’identifier les acteurs (institutions, pays…), les domaines de recherche et leur évolution au cours du temps et ce à un niveau national ou international.

Cette analyse, qui porte sur la période 1975-2016, tente d’apporter des réponses aux questions que se pose la filière apicole :

  • Quels sont les principaux domaines de recherche étudiés ?
  • Dans quels pays se fait cette recherche ?
  • Comment les pays collaborent-ils entre eux ?
  • Comment se positionne la France par rapport au reste du monde ?
  • Quels sont les acteurs de la recherche française ?
  • Les produits de la recherche reflètent-ils les problématiques de la filière ?

L’étude repose sur un corpus de 36 198 publications concernant l’abeille mellifère et les abeilles sauvages. Le nombre de publications traitant d’apidologie n’a cessé d’augmenter durant les 42 ans que couvre l’étude. Cette évolution suit sensiblement la même progression que l’ensemble des publications mondiales tous sujets confondus.

Les abeilles les plus représentées dans les publications sont l’abeille domestique (33,4 %), les bourdons et les Mélipones (abeilles sans dard). Parmi les sept familles d’abeilles, celle des Apidae représente à elle seule 47,3 % des publications.

Les principales thématiques sont la biologie (34,6 %), les produits de la ruche et leur qualité (31,0 %), la fonction de pollinisation assurée par les abeilles (13,5 %) et les « Bioagresseurs » (11,3 %).

Les principaux pays et zones géographiques publiant sur les abeilles

Entre 1975 et 2016, 149 pays ont publié sur les abeilles. Les États-Unis tiennent le 1er rang des pays avec 6909 publications. En Europe, les pays publiant le plus sont l’Allemagne (2660 publications), le Royaume-Uni (1928) et la France (1235). L’UE 28 est la zone géographique contribuant le plus aux publications, avec 36,0 % de la littérature, toutes périodes confondues.

Pays ayant publié sur la période 1975-2016

Les collaborations internationales (2013-2016)

Au niveau mondial, 26,0 % des publications sont réalisées en collaboration internationale. Cet effort de collaboration est plus élevé en France. 60,5 % des articles sont réalisés avec des collègues étrangers principalement avec des chercheurs des États-Unis, Allemagne, Royaume-Uni, Italie et Suisse.

La position de la France et les acteurs de la recherche française en apidologie (2013-2016)

Quatre institutions de recherche publique représentent 59,6 % des publications françaises (Inra, CNRS, Université de Toulouse, Anses). L’ITSAP-Institut de l’abeille arrive au 5ème rang des institutions françaises. L’Inra est l’institution européenne publiant le plus sur les abeilles.
Les institutions scientifiques françaises sont celles qui publient le plus sur les pesticides (près de 10 % des articles sur le sujet).

La recherche au regard des pertes de colonies

Au travers de cette étude, il apparaît que les principales causes de pertes et d’affaiblissement des colonies d’abeilles domestiques sont prises en considération par la communauté scientifique. L’Angleterre et la France, qui sont parmi les pays ayant connu le plus de pertes de colonies, sont ceux ayant le plus publié en apidologie.

Beaucoup de travaux scientifiques reflètent un état de connaissances académiques sur les abeilles ou sur ses bioagresseurs. La traduction de ces connaissances académiques en outils ou méthodes transférables vers la filière reste souvent à réaliser.

>>> Lire l’article complet