Ces abeilles piquées d’électronique : les dispositifs qui révolutionnent la recherche en abeille

Par Itsap-Com, le 3 décembre 2018

L’abeille étant un insecte eusocial, l’étude de son comportement passe obligatoirement par des observations complexes en présence d’un grand nombre d’individus. Les outils électroniques permettent l’acquisition de données totalement nouvelles, actuellement centrées sur les entrées/sorties et l’activité de la reine dans sa colonie.

L’abeille est rarement présentée parmi les espèces d’élevage majeures ; pourtant, au‑delà de leur exploitation pour la production de miel, les abeilles domestiques sont primordiales pour la pollinisation de nombreuses espèces végétales et donc pour l’économie de nombreuses filières. Cette espèce n’a pas l’historique de gestion par l’homme qu’ont les autres espèces animales. La création des ruches dites « à cadres », qui permettent de visiter une colonie et de s’assurer de son bon fonctionnement (ponte de la reine, ressource suffisante, pas de problème sanitaire, etc.) ne date ainsi que de la fin du XIXème siècle.

Il en résulte un manque de connaissances sur la biologie de cette espèce, comparativement aux autres. Cette relative méconnaissance s’explique, en grande partie, par la difficulté d’observer des abeilles dans leur environnement normal sans bouleverser de manière significative le fonctionnement des colonies. En effet, l’abeille dite domestique Apis mellifera, est une espèce eusociale qui vit en colonie de plusieurs milliers d’individus avec des tâches bien réparties entre castes. L’observation visuelle, comme elle existe en ruche vitrée, implique donc de se limiter à une petite partie des individus constituant une colonie normale en plus de les mettre dans un environnement nouveau et éloigné de leur habitat naturel dont les parois sont constituées de bois. Il s’agit aussi d’une espèce modèle pour l’étude du comportement, dans le sens où, si l’entité d’intérêt pour l’apiculteur est la colonie – son état de santé, ce qu’elle produit etc., qui peut comporter des dizaines de milliers d’abeilles, on souhaite pouvoir analyser le comportement de quelques individus clés au sein d’une multitude d‘individus très semblables, comme la ponte d’une reine ou les entrées/sorties des butineuses.

Pour ces différentes raisons, l’utilisation de dispositifs permettant d’étudier le comportement de ces insectes sans intervention humaine ni modification majeure de leur environnement ne permettra pas uniquement d’amasser plus de données mais surtout d’acquérir des connaissances totalement nouvelles sur cette espèce car elles n’étaient pas mesurables avant.

Benjamin Basso1,2, Didier Crauser3,2, Axel Decourtye1,2, Charlotte Rüger1,2, Fabien Ricard1,4, Stéphane Grateau5, Jean‑François Bompa4

Lire l’article complet sur le site : http://itsap.asso.fr/pages_thematiques/genetique/abeilles-piquees-delectronique-dispositifs-revolutionnent-recherche-abeille/